[Video] Compostelle par la Montagne épisode 2/3

Dans le deuxième épisode de Chroniques d’en Haut, Laurent Guillaume nous fait un petit résumé de la traversée des Pyrénées sur le Chemin de Compostelle. Il commence par la ville de Saint-Jean-Pied-de-Port, située a 200 mètre d’altitude, en se rendant au bureau du pèlerin, afin de glaner des conseils sur la traversée de la montagne.

Il faut ensuite trouver un endroit pour dormir, et ce n’est pas cela qui manque dans cette ville. On y aperçoit notamment les panneaux de l’Auberge du Pèlerin, mais son choix se porte sur le gîte communal de Saint-Jean-Pied-de-Port et sa gérante Jeanine. Sur place, en découvrant le dortoir, il rencontre Jacques, un pèlerin en pleine renaissance intérieure. Jacques aura une très belle phrase pour résumer le chemin “En fin de compte, Saint-Jacques, c’est tout le chemin, ce n’est pas seulement la destination”.

Une fois l’ascension débutée commence une succession de rencontres extraordinaires, notamment celle de deux Anglaises, une mère et sa fille, faisant le chemin car leur mari et père est atteint par le cancer. Elles qualifient le chemin de Compostelle comme “chemin des miracles”. Arrivent ensuite les paysages magnifiques de la montagne basque, un des plus beaux passages du chemin empruntant une petite route d’alpage. Laurent fera ensuite la rencontre de Sébastien Egozcue, berger du coin, tenant un petit camion-épicerie afin de dépanner les pèlerins avant l’Espagne. L’occasion de rencontrer Jean-Michel, le père de Sébastien, avec son troupeau de brebis blanches et sa maison d’alpage. Le temps de goûter un peu de fromage local, de boire un peu de Patcharan (liqueur basque) et il est temps de repartir. Il rencontre ensuite Alexandre, un pèlerin cherchant un refuge, qui va lui expliquer son aventure sur Compostelle, et notamment à quel point ses rencontres l’ont fait grandir alors qu’il n’avait que 23 ans.




Arrive ensuite la fin de l’étape, la ville de Roncevaux, ou Laurent est accueilli par Patxi Izco, un responsable religieux, qui va lui faire la visite du dortoir appartenant à l’église et chargé d’héberger les pèlerins du monde entier. Ils disposent de deux dortoirs, dont un de 110 lits. Patxi nous explique la dimension spirituelle de ce lieu de et de sa ville, avant de lui conseiller d’emprunter les “Picos de Europa”, un chemin peu fréquenté mais montagneux pour la suite de son périple. Laurent n’empruntera donc pas le traditionnel Camino Frances dans le troisième volet de sa chronique, Samedi 25 Octobre 2014 !

Place à la vidéo :

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !