Le Chemin de Compostelle est il dangereux pour les femmes seules ?

L’arrestation plus tôt ce mois ci de MIguel Angel Munoz Blas pour le meurtre de Denise Thiem qui a disparu en Avril en marchant sur le Camino dans le Nord de l’Espagne, a mis en évidence le nombre croissant d’attaques contre les femmes (la plupart d’entre elles à l’étranger), sur un des itinéraires touristiques les plus connus du pays.

Il y a eu au moins 15 rapports d’agressions sexuelles contre les femmes dans les zones du pèlerinage et d’autres routes de pèlerinage. La plupart de ces rapports, à l’inverse de celui de Thiem, n’ont été mentionnés que dans des journaux locaux, voire pas du tout.

 

Question de sécurité

En 2013, un homme a été arrêté et a avoué plus tard avoir violé trois femmes au moins le long d’un tronçon du Camino, entre Palencia et Leon.

En 2014, un ressortissant pakistanais a été condamné à 10 ans de prison pour avoir violé, battu et forcer une femme Suédoise à pratiquer le sexe oral sur lui dans la province de Gipuskoa au Pays Basque. La même année, la garde civile a arrêté un pèlerin irlandais à Portomarin, dans la province de Lugo en Galice, soupçonné d’avoir violé une femme allemande.

En 2011, un homme de Pontevedra a été arrêté à la suite d’une attaque sur une femme estonienne de passage dans la ville galicienne. L’année précédente, à Santona, une ville balnéaire en Cantabrie qui se trouve sur la partie nord du Camino, la police a arrêté un homme soupçonné d’avoir tenté une femme de 25 ans d’origine coréenne.

Et ce mois-ci, un homme de 73 ans a été arrêté pour avoir prétendument agressé sexuellement trois femmes le long d’un tronçon de voie qui traverse la ville de Villaviciosa, dans les Asturies.

Et il semble que les criminels ordinaires commencent à se tourner vers le Chemin de Compostelle. En 2011, la police de Navarre a arrêté deux hommes marocains qui avaient à plusieurs reprises volé des biens appartenant aux pèlerins séjournant dans les auberges le long du parcours. En Septembre 2014, un homme de la ville de Leon a été pris en flagrant délit à Boadilla del Camino, province de Palencia, ou il avait déjà effectué au moins 20 autres vols. Le même mois, les voleurs ont emporté plusieurs milliers d’euros de trésorerie et des objets de valeurs après l’utilisation de gaz poivré dans une auberge de Lugo ou plusieurs personnes dormaient.

 

Les autorités rassurent

Mais les autorités espagnoles disent qu’en gardant à l’esprit que plus de 200 000 personnes voyagent chaque années sur les différentes étapes du Camino, les niveaux de criminalité sont bien en dessous de la moyenne. Santiago Perez, le doyen de la cathédrale de Santiago de Compostela, dit que « le Camino est totalement ou presque sûr« .

Nava Castro, le chef de l’agence de tourisme de Galice insiste pour que l’on ne se pose pas de question concernant la sécurité, tandis que le porte parole pour le conseil souligne que la Garde Civile patrouille sur les routes régulièrement. Mais un officier supérieur de la garde Civile basée en Galice nous a confié que le nombre d’agents disponibles pour patrouiller sur le Chemin de Compostelle a été réduit, au profit d’autres régions plus populaires.

La semaine dernière, le délégué du gouvernement central dans la région de Galice, Santiago Villanueva, a déclaré que la sécurité des pèlerins a été absolument garantie, et il a promis dans le même temps qu’elle serait renforcée.

Quelques jours avant, l’ambassadeur Sud-Coréen en Espagne, Park Heekwon a exprimé des préoccupations au sujet de sa sécurité sur le Camino de Santiago. Le conseil du tourisme galicien a rapidement publié une déclaration disant que le commentaire a été le résultat d’une mauvaise interprétation et que l’ambassadeur n’avait aucun doute sur sa sécurité, et avait tout simplement fait des commentaires sur l’augmentation remarquable du nombre de visiteurs Sud-Coréens.  Mais après la disparition de Denise Thiem, le président de l’association Coréenne des Amis du Chemin a dit que beaucoup de femmes coréennes avaient peur de voyager seules.

L’année dernière, près de 237 000 personnes ont terminé la dernière étape de la route qui se termine à Santiago. Plus de la moitié d’entre eux sont étrangers – la majorité sont des Italiens, des Allemands, des Portugais et des Américains. Bargiela Rafael Sanchez, le chef du Plan Xacobeo qui est responsable du Camino, insiste pour dire que « le crime sur la route et dans les villages le long de la voie est bien en dessous de la moyenne« .

Conchi Alonso, le propriétaire de l’auberge ou Denis Thiem a passé sa dernière nuit, affirme que la plupart des voyageurs ignorent ce qui est arrivé. La route est une sorte de bulle. Les gens partent à 5 heures du matin, et beaucoup d’entre eux sont seuls », dit elle.

 

Quel impact sur la fréquentation à l’avenir ?

La question est maintenant de savoir comment l’assassinat de Denise Thiem, qui a reçu une couverture internationale, aura un impact sur le nombre de visiteurs. « Si il y a un problème de sécurité et de sureté, alors il devra être abordé », explique un porte parole de l’association qui représente propriétaires d’hôtels, de restaurant et de bars à Santiago. Il ajoute aussi que « Le Camino a été lent à prendre de nouvelles initiatives, et elle se trouve maintenant à un point critique. Les guides mettent en garde les gens à prendre soin de leurs biens, ou des punaises de lit dans les hôtels, mais maintenant nous devons regarder les choses du point de vue des femmes voyageant seules ».

 

Vous qui avez fait le Chemin, qu’en pensez vous ? Dites nous tout en commentaire.

 

Source : elpais.com

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !

Fermer les commentaires

Comments (15)

  1. Marie-Laure  |  

    Bonjour, Chaque année je fais un petit bout de chemin….J’ai parcouru tout le parcours entre le Puy en Velay et St Jean avec juste la rencontre d’un exhibitionniste mais je n’en ai pas plus fait cas….J’ai aussi parcouru le Pays Basque sur le Camino Del Norte sans encombre….J’aime marcher seule ça me permet de me ressourcer à un rythme qui n’appartient qu’à moi….J’avoue avoir désormais une petite appréhension mais bon dans ma petite ville de France il m’est aussi arrivé d’avoir été suivie et pourtant je continue de faire mes courses seule….C’est dommage d’avoir de la peur dans le coeur sur un si merveilleux chemin ou partout ailleurs d’ailleurs….mais l’esprit du chemin je pense me permettra aussi de surmonter cette peur….Ultraïa

  2. Christine  |  

    J’ai fait seule cette année en mai et juin le chemin de Arles à Santiago en passant par le camino del norte. Parfois seule en France des journées entières. Jamais seule en Espagne où il y a bcp plus de pèlerins.
    Je n’ai jamais eu peur et je n’ai jamais été en situation d’avoir peur. Sans doute par chance de n’avoir pas fait la mauvaise rencontre au mauvais moment.
    Mais je reste persuadée que statistiquement il n’y a pas plus d’incidents sur le chemin de Compostelle que dans une banlieue ou même en pleine ville en rentrant chez soi.
    Et je n’ai qu’une hâte : repartir. Seule encore bien-sûr !

  3. Nathalie martel  |  

    J’ai fais le camino Frances en 2013,toute seule jamais eu peur en 2016 en mai je pars faire le camino plata,toujoirs seule.Et s’etait la premiere fois que je partais seule a 50 ans.

  4. j’ai fais le chemin du Puy à Santiago seule puis commencé le chemin d’Arles. je n’ai jamais eu de problèmes. (faut dire que je ne suis pas un canon…)

  5. Nicole  |  

    J’ai fait une partie du chemin jusqu’à st jean pour le moment , je n’étais pas seule , nous avons rencontrés des femmes seules et nous n ´avons pas eu l’impression qu’elles avaient peur , le risque zéro malheureusement n’existe nulle part , les agressions contre les femmes seules il y en a partout , des joggeuses on le voit dans les journeaux faut il pour autant nous les femmes ne plus vivre ? Ou bien avec la peur au ventre ? Peut -être faut’il être un peu plus vigilante ? Nous ne sommes pas dans un monde de bisounours , il y a des tordus partout malheureusement . En ce qui me concerne je continuerai d’avancer seule . Bon chemin à toutes

  6. 75 jours seule en 2007 du Puy en Velay à Fisterra, Trois semaines seuele en 2012 de Sévilla à Salamanca, et tout s’est toujours merveilleusement bien passé. Ce chemin m’a surtout appris que je suis cent pour cent créatrice de ma Vie et que je suis donc venue pour vivre des expériences qui me servent à parcourir ma voie d’évolution dans cette incarnation; ainsi ma vie personnelle ne passe pas par ce type d’expériences que peuvent être les agressions sexuelles, mais par d’autres types d’expériences qui sont la perte de proches par exemple. Tout ceci pour rappeler que chacun et chacune viennnent « expérimenter » sur leur propre chemin et que si « l’agression sexuelle » fait partie du programme de vie, être sur le chemin ou non ni changera rien, la seule manière de passer outre est d’avoir avant que « l’expérience traumatisante » ne se produise, pris conscience du pourquoi je suis venue m’incarner, et d’avoir fait « un travail de guérison » personnel. le chemin de Saint- Jacques est avant tout un chemin initiatique, et j’en témoigne dans mon blog lumiereduchemin.com

  7. nous avons fait le st Jacques côté français.beaucoup de femmes et beaucoup d hommes seuls.les femmes ne doivent pas les écouter ou les suivre.ils ne les droguent pas.apparemment il n y a pas eu de problèmes connus en France.

  8. Marine  |  

    Début octobre ,J ‘ai été accostée par un homme en 205 blanche du côté de Dufort lacapelette qui insistait pour que je prenne un autre chemin . Je n’ai pas cédé à la panique mais c’était bizarre et cela m’a troublée plusieurs jours .J’ai toutefois continué seule le chemin .

  9. Audrey  |  

    L’année dernière – sur le Camino del Norte – j’ai été importunée par un homme espagnol qui en voulait probablement à mon téléphone (j’ai cru comprendre)…Il a insisté pour me montrer le chemin je n’ai pas voulu car il était très bien balisé….il s’est énervé et quand j’ai crié, il est parti. Je tremblais de peur et je ne voulais pas continuer ce chemin de campagne car lui le connaissait mais pas moi et je ne savais pas ce que j’allais trouver après. …J’ai donc fait demi tour et là. ….miracle, un couple de pèlerins autrichiens arrivait. J’ai expliqué la situation et ils m’ont demandé de terminer l’étape sous leur protection ouf !…Cette année, j’ai pris la Voie du Puy en Velay mais je n’étais pas tranquille, j’avais peur…je ne l’ai pas terminé…Je ne partirai plus jamais seule

  10. Alain Roure  |  

    L’année dernière j’ai fait le chemin du Puy à Compostelle entre le 14/04 et 9/06 seul , mais je suis un homme , beaucoup de femmes le font également seules . Personne n’était inquiet , sauf quand nous sommes arrivés dans la région d’Astorga où nous avons appris la disparition. Dans un premier temps on prenait ça pour une rumeur, il a fallu se rendre à l’évidence quand nous avons vu la Guardian civil patrouiller sur le chemin. A partir de là les femmes seules cherchaient à marcher en compagnie d’autres pèlerins . Cette année j’ai refait le chemin de Léon à Santiago pour accompagner un ami belge qui s’était arreté l’année dernière à Léon .J’ai appris lors de mon passage à Villares de Orbigo la triste nouvelle et la fin tragique de cette pauvre pèlerine américaine.Le corps aurai été retrouvé près de Castrillo de Polvazares un joli petit village en dehors du chemin où nous avons passé la nuit avec un autre pèlerin français fin mai , là ça fait froid dans le dos . Beaucoup ne connaisse pas l’histoire et continu à marcher seul et c’est tant mieux.
    Buen camino et profitez de la beauté du chemin

  11. Je découvre aujourd’hui les problèmes d’agression sur le Chemin. Je suis partie seule. Je suis une vraie froussarde. Je partais tôt le matin. Je n’ai jamais eu d’appréhension, jamais. On peut dire que parfois on est seul pendant un long moment dans les bois que l’on doit traverser – sans problèmes. On a tendance à croire que le Chemin est un boulevard, mais on peut rester des heures sans rencontrer de gens, au moins au moment où je l’ai fait. Je découvre ce problème d’agression, et je suis désolée. Il est dommage de ne plus respecter ce désir de personnes qui ont besoin un jour de partir. Je le regrette.

  12. Anonyme  |  

    Bonjour à … toutes.
    Je pense que l’on doive s’équiper avant toute sortie.
    Une paire ou un bâton de marche permet autant de s’aider à marcher qu’à se défendre contre un intrus – généralement canidé.
    Contre les « deux pattes », un couteau à la ceinture peu calmer quelque ardeur … autant que couper pain et saucisson à l’heure de la gamelle …

  13. Villiers  |  

    Nadine j’ai fait le chemin de Vezelay a Santiago et Fisterra en 2015 . 4 mois de marche solitaire sans ennuis.
    Je n’ai jamais eu peur.

  14. Anonyme  |  

    2014 et 2015 j’ai fait le camion frances.seule, avec mon sac à dos, donc autonome et sans.aucun problème…pour moi, mais à Astorga nous avions été informé dans l’albergue d’être prudent suite à la disparition de Denise….!
    En 2016, j’ai parcouru la via Lusitania de Porto à St Jacques et là encore tout c’est bien passé . L’an prochain le continuerai à faire un autre chemin mais seule…Bien que l’on ne soit jamais seule sur le chemin…..Radio Camino existe vraiment et les informations passent entre pèlerins. Chacun reste vigilant pour l’autre tout en respectant l’indépendance du Pelerin.

  15. Anonyme  |  

    je pars au mois d’avril sur le chemin, du Puy en Velay à St Jean de Pied de Port. Et l’année prochaine de St Jean à Saint-Jacques. J’ai 78 ans, je marche toujours seule, sans ennuis.Mon grand plaisir le soir est de partager des repas en communauté. J’ai déjà accomplis 5 pélerinages complets et toujours aussi heureuse.
    Mona..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.